Grâce aux Jeux du Québec, Montréal a enfin sa piste de BMX

Présenté pour la première fois en 1985 à titre de sport de démonstration lors des Jeux du Québec de Charlesbourg, le BMX a officiellement été intégré à cette compétition multisport destinée aux jeunes athlètes de la Belle Province en 2010, à Gatineau.

Dans le cadre de la Finale des Jeux du Québec – Montréal 2016, les compétitions de BMX se sont déroulées sur la piste construite à Pointe-aux-Trembles, l’an dernier, spécifiquement pour l’événement. Seule piste de BMX sur l’Île-de-Montréal, elle contribue à créer un engouement croissant pour la discipline.

Du côté des épreuves masculines, c’est Édouard Proulx (Richelieu-Yamaska) qui a triomphé, tandis que chez les filles, c’est Lily-Maude Harvey (Centre-du-Québec) qui a décroché les honneurs.

Les régions s’étant les plus distinguées sont la Rive-Sud et le Richelieu-Yamaska. La première a récolté cinq médailles, dont une d’or, alors que la seconde a conclu ces Jeux avec quatre médailles, dont deux d’or.

Un sport qui a acquis ses lettres de noblesse

Reconnu comme sport olympique depuis son introduction aux Jeux de Pékin, en 2008, le BMX est une discipline cycliste technique et spectaculaire. Huit coureurs s’élancent en même temps sur une piste totalisant de 340 à 400 mètres et parsemée d’obstacles. Le vainqueur est le premier athlète à franchir la ligne d’arrivée.

Développé aux États-Unis en 1970, ce sport est idéal pour l’initiation au cyclisme puisqu’il peut être pratiqué dès l’âge de 5 ans. D’ailleurs, il permet aux athlètes en herbe d’acquérir confiance et agilité, ce qui leur servira incontestablement dans cette discipline cycliste, comme dans les autres. À ce chapitre, soulignons que Charles Dionne a donné ses premiers coups de pédale sur un vélo de BMX.

Cliquez ici pour consulter nos archives.