Serge Arsenault : Personnalité de la semaine La Presse

En plus d’attirer les foules, les Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal font rayonner la province aux quatre coins de la planète. Serge Arsenault, président de l’organisation, est notre Personnalité de la semaine.

C’est une période faste pour Serge Arsenault, président des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal (GPCQM). Et pour son équipe « très dévouée, sans qui rien n’aurait été possible », s’empresse-t-il d’ajouter.

La Ville de Montréal s’est engagée à soutenir le Grand Prix au moins jusqu’en 2019. Et selon M. Arsenault, l’épreuve dans la Vieille Capitale serait en bonne voie d’être assurée, probablement pour la même période. « Il n’y a pas de problèmes majeurs. Il ne reste que des points et des virgules à vérifier et à faire approuver », souligne le principal intéressé.

La dernière présentation de l’événement a remporté un vif succès, tout en procurant à la province une importante visibilité internationale. Les deux prestigieuses épreuves de l’UCI World Tour ont été retransmises dans plus de 130 pays.

« J’ai toujours eu envie de faire rayonner le Québec. »

— Serge Arsenault, président des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal

« J’éprouve une grande passion pour l’international et pour les événements sportifs, affirme Serge Arsenault. Pour moi, le sport a toujours été l’expression d’une culture vivante. Et le cyclisme m’a toujours fasciné. Ces athlètes sont des gens hors norme : les efforts surhumains, la souffrance, l’endurance, c’est presque de la folie. J’ai beaucoup d’admiration pour eux. »

LE RAYONNEMENT AVANT TOUT

Même si les GPCQM ont généré plusieurs millions de dollars en retombées directes et indirectes, M. Arsenault insiste sur l’importance du rayonnement à l’étranger grâce à la diffusion de l’événement. C’est peut-être une déformation professionnelle. L’homme de 66 ans a longtemps dirigé le Groupe Serdy, qui rassemble sous un même toit des chaînes télé, des publications et des studios de production et de postproduction télévisuelle. Il a d’ailleurs produit les Jeux olympiques de Barcelone en 1992, et ceux de Lillehammer en 1994, pour le réseau TVA.

Serge Arsenault a depuis passé le flambeau à son fils. C’est ce dernier qui gère aujourd’hui la production télévisuelle entourant les GPCQM. « Après un incident de santé, en 2004, j’ai dû prendre une pause bien méritée. Ça m’a permis de faire le point sur ma vie et sur mes envies. Et ma passion, c’était encore le sport international. En revenant véritablement dans le monde des vivants, fin 2006, j’ai décidé de quitter la production. J’ai tout donné à mon fils. Je ne suis pas de ces pères qui passent le flambeau, mais restent derrière pour surveiller. »

Animateur, commentateur sportif, journaliste, Serge Arsenault a passé plusieurs années à Radio-Canada, avant de devenir administrateur, producteur, puis président des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal. Il était aussi de l’organisation du premier marathon international de Montréal, en 1979.

On peut affirmer sans l’ombre d’un doute que Serge Arsenault s’est laissé guider par ses passions et son instinct tout au long de sa carrière. « Les grandes épreuves cyclistes se jouent étape par étape. On peut dire que c’est la même chose pour ma vie. »

par MARTIN BEAUSEJOUR COLLABORATION SPÉCIALE - La Presse

 
 

 

Cliquez ici pour consulter nos archives.