« C’est fou ce qui peut arriver en quatre ans! » - Kirsti Lay, médaillée de bronze

Dans une journée marquée par trois records du monde à la poursuite par équipe féminine en cyclisme sur piste, le quatuor canadien formé de Kirsti Lay, Georgia Simmerling, Jasmin Glaesser et Allison Beveridge a remporté son duel pour la médaille de bronze contre la Nouvelle-Zélande, samedi après-midi, au vélodrome olympique de Rio.

Les Canadiennes ont pris les commandes dès le début de l’épreuve pour boucler les 4000 mètres en un temps de 4 min 14,627 secondes, un record national. Laura Brown avait remplacé Lay en ronde des préliminaires et elle a aussi été médaillée.

Fait inusité, Simmerling remporte une première médaille olympique après avoir participé aux Jeux dans deux autres sports, soit le ski alpin (Vancouver 2010) et le ski-cross (2012).

Satisfaite, Lay sent qu’elles et ses coéquipières n’auraient pu faire mieux.

« Nous avons respecté notre plan plutôt que d’essayer de les suivre afin de ne pas exploser. Oui, il y avait beaucoup de pression et nous savions que nous étions capables de remporter l’or, mais la pression vient de nous avant de venir de l’extérieur. Nous nous entraînons tellement fort et nous voulons le montrer au monde entier pendant notre course. »

La finale pour la médaille d’or opposait les formations des États-Unis et la Grande-Bretagne qui avaient toutes les deux abaissé la marque mondiale quelques heures plus tôt. Les Britanniques ont une fois de plus marqué un grand coup en réécrivant le livre des records avec leur chrono de 4 minutes 10,236 s.

«  Un temps de 4 minutes 10 secondes, c’est un peu hors de notre portée en ce moment, mais ça ne veut pas dire que ce le sera dans l’avenir. Gagner une médaille aux Jeux olympiques, j’ai peine à expliquer ce que cela veut dire pour moi! » a soutenu la Montréalaise qui est sortie du groupe peu avant la marque des 3000 mètres afin de lancer ses coéquipières pour le dernier 1000 mètres.

Rêver en patins, réaliser en vélo

Lay avait toujours rêvé de participer aux Jeux olympiques lorsqu’elle était membre de l’équipe nationale de patinage de vitesse longue piste. Elle se souvient très bien où elle était il y a quatre ans lorsque le Canada avait été médaillé de bronze à cette épreuve.

« J’étais assise sur le divan chez moi et j’ai pensé : Hey, ç’a l’air cool! Et là je suis médaillée de bronze. C’est fou ce qui peut arriver en quatre ans! »

Rappelons qu’à Londres, l’épreuve ne faisait que 3000 mètres et elle était disputée à trois coureuses plutôt que sur 4000 mètres à quatre compétitrices par équipe. Glaesser faisait partie des médaillées de 2012.

« Ce kilomètre de plus nous convient bien, car nous avons des filles qui ont un gros moteur dans l’équipe », croit Lay qui a pu compter sur l’appui de son conjoint Mathieu Giroux, médaillé d’or à la poursuite par équipe en patinage de vitesse longue piste aux Jeux de Vancouver.

« Il m’a toujours ramené les pieds sur terre en me disant de faire ce que je savais faire. Il m’a aussi dit à quoi je devais m’attendre aux Jeux. J’étais donc très préparée et il m’a beaucoup appuyée. »

Le début d’une tradition?

Deux Jeux et deux médailles canadiennes à la poursuite par équipe féminine. Le Canada serait-il en train de développer une tradition?

« À chaque Championnats du monde, nous remportons une médaille et après cinq ans, on peut dire que c’est le cas », affirme Jacques Landry, directeur haute performance et entraîneur-chef chez Cyclisme Canada.

« Nous avons eu quelques ennuis de santé et avec notre bonne équipe qui encadre les filles, nous avons pris de bonnes décisions. Nous sommes vraiment satisfaits et il faut maintenant perpétuer la tradition. Il faut maintenant juste avoir un peu de patience et nous pourrons construire la même chose chez les hommes. Nous avons des outils de classe mondiale au nouveau vélodrome de Milton (Ontario). »

Hugo Barrette sera le prochain Québécois à s’élancer sur la piste du vélodrome. Le Madelinot prendra part au Keirin mardi.

Rédaction : Sportcom

Cliquez ici pour consulter nos archives.