Du patin au vélo : Kirsti Lay toujours en piste

Lorsque Kirsti Lay réalise qu’un problème de nerf engourdit sa cheville gauche dès qu’elle chausse ses patins, elle sait que la retraite n’est pas bien loin.

« Je croyais que c’était fini », explique l’ancienne membre de l’équipe nationale de patinage de vitesse longue piste, avec qui elle a représenté le pays à trois Championnats du monde juniors et en Coupes du monde.

Son parcours sur deux lames était peut-être terminé, mais une toute nouvelle aventure attendait au détour la Montréalaise d’adoption lorsqu’elle a reçu un appel de Cyclisme Canada. Après des essais concluants, elle rejoint l’équipe nationale sur piste.

Substitut aux Championnats du monde sur piste en 2014, l’athlète fait partie du trio médaillé de bronze à la poursuite par équipe aux Mondiaux de 2015. S’ajoute maintenant à ses exploits l’or aux Jeux panaméricains décroché au nouveau vélodrome de Milton.

« Pour moi, c’était la cerise sur le gâteau. Je pensais que c’était la fin de ma carrière sportive, raconte Lay. Quand j’ai commencé, je me suis dit que je verrais ce qui se passerait un mois à la fois et me voilà maintenant ici. C’est une chance incroyable. »

Bien qu’elle entamait un nouveau sport, la Québécoise d’adoption a retrouvé ses repères à l’entraînement. « On y trouve la même filière énergétique », note celle qui a cependant dû apprendre rapidement les rudiments de son nouveau sport. « Mes coéquipières sont très expérimentées.  Elles sont la crème de la crème et des mentors exceptionnelles. C’est fantastique de faire partie de cette équipe », souligne Kirsti Lay.

C’est à leurs côtés que l’athlète de 27 ans se laisse guider, tant pour améliorer sa technique et ses stratégies de courses. « Je leur pose beaucoup de questions et elles sont toujours là pour m’aider. C’est la meilleure façon d’apprendre. »

Non seulement elle défend avec succès les couleurs de son pays aux Jeux panaméricains, mais elle a l’œil sur les Jeux olympiques de Rio. « Remporter l’or à la maison est extraordinaire et l’occasion ne se présente pas souvent. À un an des Jeux olympiques, c’était aussi une bonne occasion de voir où en sont les autres équipes », se réjouit l’athlète native de Medicine Hat, en Alberta.

Mariée au médaillé d’or des Jeux de Vancouver en patinage de vitesse longue piste, Mathieu Giroux, Lay s’est installée à Montréal où son époux poursuivait ses études universitaires.  « Je m’entraîne avec Chris Rozdilsky à Premiere Performance et nous sommes très bien au Québec pour le vélo. M’installer ici était tout simplement le choix naturel à faire », raconte-t-elle.

Le vélodrome de Milton accueillera les dernières courses sur piste des Jeux panaméricains dimanche, mais le passage de Lay à Toronto ne sera pas terminé pour autant puisqu’elle sera de la course sur route, samedi prochain.

Rédaction : Sportcom

Cliquez ici pour consulter nos archives.