Un parcours parsemé d’embûches pour Hugo Barrette au sprint

La route d’Hugo Barrette au sprint individuel a été pour le moins cahoteuse vendredi, au vélodrome de Milton, mais le pistard québécois a réussi malgré tout à atteindre les demi-finales de l’épreuve aux Jeux panaméricains.
 
L’athlète de Cap-aux-Meules, aux Îles-de-la-Madeleine, s’est d’abord fait plaisir, remportant en un temps de 9,978 s les qualifications, où 2 des 14 partants étaient éliminés. Seul à passer sous les 10 secondes, il a conclu à seulement un millième du record des Jeux, détenu par le Trinidadien Njiisane Phillip.
 
Il a toutefois eu la frousse par la suite en chutant au départ de son affrontement des huitièmes de finale. Comme il y a eu contact avec la roue de son rival brésilien Flavio Vagner Cipriano, mais qu’aucun fautif n’a été montré du doigt par les officiels, une reprise a été donnée.
 
« Une chute, ça arrive. Ce n’était pas exprès. C’était très serré, ça arrive. Je n’avais aucune blessure, alors c’était correct », a-t-il commenté au sujet de l’incident.
 
Au retour, Barrette a réussi un dépassement serré par l’intérieur pour prendre les devants et l’emporter, avant d’être relégué au repêchage par les commissaires pour être entré dans le corridor de son adversaire lors de la manœuvre.
 
« J’ai pris un risque en descendant pour aller chercher la ligne du coureur. On m’a relégué et je respecte la décision. Je pense que c’était la bonne décision. C’est de l’expérience en banque, j’ai fait une erreur », a avoué le cycliste de 24 ans.
 
Dans sa vague de repêchage, le Madelinot a cette fois été plus patient. Il s’est bien placé au sein du trio, a pris la tête au moment opportun et a tenu ses rivaux à distance pour le reste de la course.
 
« J’avais deux dixièmes (d’avance dans les temps des qualifications) sur les deux autres. J’affrontais de très bons coureurs, mais j’avais un gros moteur aujourd’hui (vendredi). Je n’étais même pas inquiet. Je n’avais aucun stress, je savais que j’allais gagner. »
 
Un vice-champion mondial sur son chemin
 
En soirée, Barrette s’est retrouvé contre le coriace Colombien Fabián Hernando Puerta Zapata, médaillé d’argent de la spécialité aux Jeux de Guadalajara en 2011 et vice-champion mondial du Keirin en 2014.
 
Au premier face-à-face, il a résisté à l’assaut final du Colombien et l’a emporté par quelques centimètres. Son rival est toutefois revenu en force et s’est imposé au deuxième duel. Dans l’ultime sortie, il a offert une autre démonstration de puissance en contenant les efforts de Puerta Zapata dans le dernier virage.
 
« Tu ne te qualifies pas premier pour te faire sortir en quart de finale. Il n’en était pas question! a-t-il affirmé. La foule m’a poussé, à 125 mètres de l’arrivée je l’ai entendue crier et je savais que ça y était, je n’avais même pas besoin de regarder en arrière. Ça m’a vraiment donné des ailes. »
 
« Je voulais juste me reprendre, avec la foule, mes amis et mes parents, ce n’est pas vrai que j’allais perdre en quart de finale. Je bats le favori de l’épreuve, un champion de Coupe du monde. Ça me donne beaucoup de confiance pour demain (samedi) », a expliqué Barrette.
 
L’Ontarien Joseph Veloce était également de la partie au sprint vendredi. Après s’être qualifié cinquième, il a disposé du Colombien Santiago Ramirez Morales en huitième de finale.
 
Dans les quarts, il a perdu ses deux affrontements contre Njiisane Phillip, quatrième aux Jeux de Londres. Il a ensuite fini deuxième de la course pour les places cinq à huit, se classant donc sixième au général.
 
Les demi-finales et la finale seront disputées samedi. Le Québécois rencontrera le champion en titre de l’épreuve, le Vénézuélien Hersony Canelon Vera, 8e aux mondiaux de 2015 et 12e à Londres en 2012.
 
« La tâche sera ardue. Je vais essayer de me garder des réserves. Ç’a été beaucoup d’émotions, mais là je dois mettre ça de côté, essayer de bien dormir, revenir fort demain et aller chercher une médaille. »
 
Rédaction : Sportcom
Cliquez ici pour consulter nos archives.