La canicule s’invite en Poitou-Charentes

La pause post-olympique a été de courte durée pour le cycliste québécois Hugo Houle. Après avoir fini 17e de la Cyclassics de Hambourg (Allemagne) dimanche, le membre de la formation AG2R La Mondiale a entamé le Tour de Poitou-Charentes, mardi, en France.

Nacer Bouhanni (Cofidis, Solutions Credits) a été le premier à rallier la ligne d’arrivée de cette première étape au terme d’une course de 190 kilomètres reliant Angoulême à Puilboreau. Le Français a devancé au sprint deux représentants de la formation Wanty - Groupe Gobert, le Belge Roy Jans, deuxième, et l’Italien Danilo Napolitano , troisième.

« Le plus gros élément aujourd’hui, c’est la chaleur. Il faisait 38 degrés! Il y a un canicule dans la région », a raconté Hugo Houle, qui a pris le 26e rang, terminant dans le même temps que Bouhanni. « Ç’a été bien dans l’ensemble », a-t-il ajouté.

Les cyclistes d’AG2R La Mondiale avaient le sentiment du devoir accompli après avoir croisé la ligne d’arrivée. Leur coéquipier, le Français Julien Bérard, a fait partie du groupe de quatre coureurs parti en échappée. Même si ces derniers ont été rattrapés à une trentaine de kilomètres de la fin de la course, les secondes de bonification  amassées  ont permis à Bérard de prendre le troisième rang du classement général, à cinq secondes de Bouhanni.

Quant à Hugo Houle, sa mission était de terminer dans le même temps que le vainqueur. « Il y aura un contre-la-montre pour la quatrième étape et ça pourrait être bon pour moi pour le classement général. Je ne voulais donc pas perdre de temps aujourd’hui », a expliqué l’athlète de Sainte-Perpétue qui pointe actuellement au 36e échelon du général, à 10 secondes.

Longue de 180 kilomètres, la deuxième étape du Tour de Poitou-Charentes se terminera à Niort, mercredi. Une autre arrivée au sprint est à prévoir selon Houle. « Il y a plusieurs sprinters ici et les routes sont assez plates. S’il y beaucoup de vent, ça pourrait causer des surprises, mais pour le moment c’est assez contrôlé », a conclu le Québécois.

Rédaction : Sportcom

Cliquez ici pour consulter nos archives.